Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 18:43
Le soir arrive, et il reste une césarienne à faire. La chienne va bien, mais a fait un petit, mort, deux jours auparavant. Depuis, ce n'est pas la grande forme, mais elle mange. Elle recherche le contact de ses maîtres, se plaint... La palpation puis l'échographie montrent qu'il reste un petit dans l'utérus, et qui semble vivant !  C'est le soir, plus personne à la clinique, nous préparons la chienne : pose d'un cathéter pour passer la perfusion et l'anesthésique, tonte du ventre. Les mamelles sont bien gonflées.

La chienne dort, elle est étendue sur le dos. Les instruments sont prèts. Quelques minutes après, je sors l'uterus, l'incise : 2 pattes apparaissent, puis un corps, et une tête... Il est encore relié au cordon ombilical et au placenta. Je le tends à mon assistante. "Alors ?" Elle l'essuie, le frictionne... Il bouge, il est vivant ! Pendant que je finis de m'occuper de la chienne, il commence à piailler. Ca crie fort, malgré sa taille ! C'est une petite chienne.

La chiot est mis au chaud le temps de faire le pansement à sa mère. Après quelques injections nous la remettons dans sa cage où elle se réveille doucement, son petit contre elle qui cherche déja la mamelle..



C'est sympa la vie, non ?

Repost 0
Published by vetote - dans cas cliniques
commenter cet article
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 20:16

Une petite série de chats renversés par des voitures..

Une minette arrive, choquée, dans les bras de sa propriétaire. Elle miaule beaucoup, mais ne bouge pas. Un peu de sang est trouvé sur le pelage à l'arrière. Elle se laisse examiner, confiante. Elle est pâle, semble avoir un peu mal au ventre. Aucune blessure externe n'est trouvée. Les soins d'urgence sont mis en place, quelques injections, une perfusion, on soulage la douleur, et on surveille.J'ai une suspicion d'éclatement de la vessie. Une échographie est réalisée : la vessie n'est pas visible, mais pas de signe de liquide dans le ventre. Le lendemain, la minette semble aller mieux, elle a uriné dans la nuit, elle est nettement moins pâle et le ventre semble moins douloureux. Une nouvelle echgraphie ne montre toujours pas la vessie, mais pas de liquide abdominal non plus. Comme le week end arrive, et qu'elle refuse de manger, nous décidons de la garder sous surveillance.
Le week end se passe tranquillement, pas de dégradation de l'état général, mais pas d'appetit non plus. Finalement, lundi arrive. Elle n'est pas mieux, est déshydratée, et boit beaucoup. Une dernière échographie révèle enfin une quantité importante de liquide abdominal. La décision chirurgicale est prise, l'opération réalisée dans l'après midi confirmera une déchirure de la vessie. Quelques points de suture plus tard, la minette retrouve sa cage. Au réveil, le lendemain, le comportement a changé :  elle ronronne, cherche les caresses. C'est sur, une vessie étanche, c'est mieux !

Notre deuxième accidenté est un chat, màle entier, qui courait la minette régulièrement. Tout à ses séductions, il en a oublié la route devant chez lui ! Sa propriétaire, une charmante vieille dame, nous l'ammène : il est bien abimé, visiblement c'est le crâne qui a encaissé : Son oeil droit est sortit de l'orbite (et je vous épargne la photo ! :-) ), sa machoire pendouille lamentablement. Les examens réalisées montrent des fractures de la machoire, des sinus, des hématomes très importants. Un cerclage est mis en place pour la machoire, et l'oeil est remis en place. Après avoir été nourris et abreuvé à la seringue pendant quelques jours, il se remet à manger seul, les hématomes se résorbent, l'oeil remis en place ne le gène pas.  Malheureusement, au bout d'une dizaine de jours, les propriétaires reviennent : La machoire va bien, même si finalement elle à l'air de cicatriser de travers le chat mange sans problème. Mais l'oeil, lui, ne va pas. L'hématome qui se trouvait derriere le globe oculaire ne se résorbe pas, et malgré les points de suture l'oeil ressort de nouveau (je vous épargne une nouvelle photo, mais c'est bien parce que je n'avais pas l'appareil à ce moment là). Tant pis, cette fois le choix n'est pas permis, il ne reste plus qu'à l'enlever, et cette fois, j'ai une petite photo, très soft, en post opératoire :



Au passage, il a été castré, il courra moins les minettes et risquera moins l'accident !








Ainsi, lorsque l'on dit que les chats ont neuf vies, c'est à peine une légende !

Repost 0
Published by vetote - dans cas cliniques
commenter cet article
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 18:55
Un chasseur vient se présenter au comptoir pour prendre des antibiotiques : Ses chiens se sont battus, il y a une semaine (!), et il y en a un qui n'est pas très en forme...

Finallement, je vois le chien le lendemain : plaies de morsure partout, les posterieurs triplés de volume par l'oedème, un abcès qui ne demande qu'à exploser... et une poche sous le ventre.
Et oui, une petite éventration. Enfin, une hernie (c'est moins drôle comme dit Kikivet). C'est à dire que la paroi abdominale est perforée, que du contenu se trouve sous la peau, qui elle, est intacte (à part une belle trace de croc non perforante).

La hernie n'est pas étranglée et à part ses multiples plaies infectées, le chien n'est pas en si mauvaise forme que ça. La décision d'opérer est remise à 1 ou 2 jours plus tard, le temps de gérer le phénomène infectieux.

Je revois le chien 2 jours plus tard : il va beaucoup mieux, l'abcès s'est vidé, les pattes ont dégonflé, on opère !


Une fois sur le dos, il a 2 bosses : en fait une partie du contenu abdominal s'est étendu sous la peau, mais la perforation est unilatérale.








La perforation a la taille du pouce, mais seul de l'épiplon est passé par la plaie. Mais depuis 1 semaine, les adhérences sont nombreuses, et réintégrer tout à l'interieur n'a pas été facile. Un peu d'aide de la part d'un de mes collègues, et c'est tout de suite plus évident.






Petite suture sur les muscles pour tout refermer...











... Et voila, plus de bourrelet !
Repost 0
Published by vetote - dans cas cliniques
commenter cet article
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 20:07

Une chirurgie dite "de convenance" est une chirurgie que je qualifierai de confort. Elle n'est pas curative d'une affection. L'exemple en est la stérilisation ou la castration. Ces chirurgies sont réalisées la plupart du temps sur des animaux jeunes et en bonne santé pour éviter les désagréments liés aux cycles sexuels.

Ces chirurgies sont souvent considérées par les propriétaires comme étant anodines et sans risques, parce que courantes. Nous avons donc peu droit à l'erreur dans l'esprit des gens, et pourtant elles nécessitent une anesthesie générale, donc l'administration de produits qui ont des effets généraux sur le systeme nerveux, cardiaque, respiratoire...

  je réalise donc une sterilisation de minette de 1 an. Tout se passe bien, elle se réveille parfaitement normalement. Elle rentre le soir avec les conseils d'usage.

1 semaine plus tard, je la revoie en consultation parce que dans la nuit elle a présenté une paralysie brutale des posterieurs avec une très forte douleur. A l'examen, elle boite et présente un déficit neurologique des deux posterieurs, et le pouls n'est pas palpable. Finallement cette minette a probablement fait une thrombo-embolie aortique (un caillot sanguin s'est coincé dans l'artère, bloquant la circulation sanguine, en particulier au niveau des pattes posterieures). Dans un très grand nombre de cas, la cause est une pathologie cardiaque.  Il est sur que je ne m'attendais pas à ce genre de complication sur une simple stérilisation !
Après un traitement à l'aspirine, (attention, ne donnez pas d'aspirine à un chat il est toxique pour lui ! sauf dans quelques cas très précis et à des doses controlées) elle a bien récupéré, mais les propriétaires ont préféré ne pas faire d'examens complémentaires. Donc, en fin de compte, anesthésie ou trouble cardiaque ? je ne sais pas...

Repost 0
Published by vetote - dans cas cliniques
commenter cet article
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 18:58
Un jeune chien, Boxer de son état,
Regardait manger la jument, du haut de ses 6 mois.
Jeune, Boxer et plein d'allant,
Il ne pouvait qu'être gourmand !

Tous les jours il goutait quelques granulés,
Et un beau matin, il s'en fit une ventrée !
Au bout de 2 jours, il vint chez son véto,
Qui au début le traita pour une gastro.

Puis, pour comprendre, des prises de sang furent réalisées,
Qui révélèrent un foie et des reins bien abimés !

Avec l'aide du centre anti-poison,
On découvrit que le cuivre était la raison,
Qui dans cette histoire,
Avait causé tous ces déboires !

Après quelques jours de perfusions,
De soins, d'inquiétude et d'injections,
Notre Boxer bien malheureux,
Enfin, finit par se trouver mieux,
Et permit à son véto bien fatigué,
De prendre quelques vacances sans trop s'inquiéter!

On attend maintenant les jours prochains
Pour refaire quelques examens
Et vérifier que de cette histoire de gamelle,
Il ne garde pas de séquelles !
Repost 0
Published by vetote - dans cas cliniques
commenter cet article
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 18:32
J'ai reçu en consultation une chienne pour un problème de peau qu'elle a depuis plusieurs mois. Elle vient en consultation car un deuxième chien commence à avoir les mêmes symptomes : zones de peau, sans poils, rondes. Bon, ça fait penser à une teigne. La chienne va bien aux dires de ses propriétaires, mais a du mal à prendre du poids (45 kg maigres !). 

Sur ce genre de cas (et les autres d'ailleurs), on nous apprend à TOUJOURS faire un examen général complet. Il est vrai que ce n'est pas toujours facile, surtout quand l'animal vient pour une simple croute sur le nez, ou qu'il a des dents dont il veut absolument se servir. Là, la chienne est super sympa, donc pas de problème. Par habitude, je palpe l'abdomen (en fait la lésion ronde était en face d'un ovaire, donc...), et là, y'a un truc dedans, si, si. Donc Echographie, et... Pyomètre (infection de l'uterus) ! Je soulève la queue pour observer la vulve : du pus (beeeerk) !  Et là, je me dis que franchement j'ai quand même failli passer à coté !  La chienne était tellement poilue que les pertes ne se voyaient pas, et les propriétaires n'avaient rien remarqué ! 

Son problème de peau est soudainement devenu secondaire, et elle a été opérée. Ouf ! 

Avec un peu de chance, elle va reprendre du poids la miss !
Repost 0
Published by vetote - dans cas cliniques
commenter cet article
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 19:01
Coup de fil entre midi et deux : un chien renversé par une voiture... Setter anglais, 3 ans, mâle, gentil, qui traversait la route le nez au sol...

Le choc n'a apparemment pas été très violent, mais le chien ne s'est pas relevé. A l'examen, il est un peu choqué, pas de signes d'hémorragie, rien. Il est "juste" paralysé des pattes posterieures (tout flasque), et les anterieurs sont, au contraire, en hyper extension. Un beau syndrome de SCHIFF SHERRIGTON !  Pour les non initiés, il s'agit d'une lésion de la moelle épinière située entre les vertèbres thoraciques et les vertèbres lombaires, provoquant une paralysie flasque des postérieurs associée à une hyper extension des anterieurs. 

Evidement, il passe à la radio, et on cherche une fracture vertébrale. Et bien : rien de rien, aucune fracture ! La seule chose visible est un rétrécissement de l'espace entre deux des dernières vertèbres thoraciques.

La chance de ce chien, c'est d'avoir des propriétaires motivés, qui ont fait un bout de route pour faire les examens complémentaires. La myélographie  (examen qui consiste à injecter un produit de contraste qui permet de visualiser la moelle épinière sur une radiographie) montre une fuite du liquide de contraste au niveau de ce rétrécissement. La laminectomie (opération chirurgicale qui consiste à oter un bout de vertebre pour soulager la pression exercée sur la moelle épinière) a été effectuée à la suite, et a permis d'enlever un gros hématome ! Voila, le chien est opéré, ses chances de récupération sont bonnes, il n'y a plus qu'à attendre.. je vous tiendrai au courant.

Mon seul regret est de ne pas avoir pris de photos ! dommage..
Repost 0
Published by vetote - dans cas cliniques
commenter cet article
15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 18:19

L'acteur, c'est un microscopique pinscher de 2 mois et des poussières, pesant 2 kg tout mouillé. Le scénario : des vomissements et un abattement marqué. Pas suffisament toutefois pour accepter d'être manipulé sans piailler, raler et chercher à retourner dans les bras de "maman". Bon, pas grand chose à l'examen, traitement médical et surveillance à la maison.

2ème acte : Le lendemain, retour du pinscher, pas mieux, même pire. Cette fois, je le garde pour examens complémentaires. Une perfusion est mise en place - non sans mal, les veines sont toutes petites, et en plus elles sont dans un machin poilu qui se débat tout ce qu'il peut et qui, s'il n'avait pas que 2 mois, nous aurait déja mordu !- Puis traitement en injections.

3ème acte : Prise de radiographies, qui confirment la palpation abdominale : rien. Comme il continue à vomir, et à être de moins en moins bien, on fait un transit baryté. (Consiste à faire avaler un produit de contraste qui se voit à la radio et de suivre son cheminement dans les intestins). Un certain nombre de radios plus tard, pas de corps étranger visible, mais mon produit a une facheuse tendance à rester dans l'estomac.

4ème acte : Conclusion : ileus (arrêt de transit intestinal) probable. Traitement : laparotomie. En ouvrant ce tout petit ventre, j'ai trouvé sans surprise une petite dizaine de centimetres d'intestin tout flasque, d'un rose tirant sur le violacé. Et là, mon traitement classique et surement peu orthodoxe, mais très efficace : On touille ! Pour faire propre : on examine les intestins, on masse un peu, on rince, on range, et on recoud. Le soir même, il recommençait à manger.

Epilogue : quand il a commencé à brailler (le lendemain), il est rentré chez lui !
Etonnant, non ? et ce n'est pas le premier chien à qui cela arrive. 
Bon week end !

Repost 0
Published by vetote - dans cas cliniques
commenter cet article
12 décembre 2007 3 12 /12 /décembre /2007 19:04
Les NAC, ce sont les Nouveaux Animaux de Compagnie, qui englobent les cobayes, les serpents et autres hamster, et qui nous donnent parfois du fil à retordre...

Par exemple, une cliente qui vient pour vérifier que son serpent a des oeufs. C'est une couleuvre d'amerique, inofensive, mais pas contente du tout ! Bon, petite radio du bout de serpent qui veut bien ne pas bouger 10 secondes, et... rien. - Non Madame, il n'y a plus d'oeuf.. Elle me passe un petit coup de fil le soir, ironique et moqueuse : son serpent venait de pondre plusieurs dizaines d'oeufs ! bon....

Sinon, dans les cas que l'on ne voit pas tous les jours (en tout cas chez moi..), un pyometre de lapine (infection de l'uterus), non opéré sur refus des propriétaires, une cochon d'inde à qui il a fallu faire une césarienne, un hamster russe (donc vraiment, vraiment tres petit) qu'il a fallu amputer d'une patte, et qui en plus se reveille de son anesthesie ! Un lapin nain moitié mourant, qui pour une fois s'en sort avec le traitement...

Les lapins que l'on castre et qui systématiquement rouvrent leur plaie, quoi qu'on fasse, aaaarg !

Sinon, iIMG-1808-2-1.JPGl y a les "nouveaux NAC" : chevres naines, moutons... Celui ci avait quelques jours, et il a fallu biberonner !











Et puis, il y a ceux dont on se passerait bien : gentiment vomis par une des minettes de la famille, miam ! 
taenia.jpg












Sympa, non ?
Repost 0
Published by vetote - dans cas cliniques
commenter cet article
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 15:25
Mais c'est pas vrai ! Encore un chien avec une hémorragie abdominale ! Un berger allemand encore ! C'est le troisième chien que je vois pour ça dans le mois ! 
Amené la veille au soir à mon collègue et chef vers 22h car complètement amorphe. Au matin, après perfusion et quelques injections, il est beaucoup mieux, il me l'amène pour diagnostic plus poussé. Aucun commémoratif de choc, intoxication aux anti coagulants peu probable. A l'écho : liquide abdominal, mais je n'arrive pas à ponctionner, et aperçu d'une masse qui pourrait être la rate. Comme d'hab, je ne suis pas sure de moi à l'écho, je fais une radio pour confirmer : rien, juste radio grisatre. Hématocrite (taux de globules rouges) bas, mais biochimie normale. Appel aux propriétaires, qui ne veulent rien faire, pas de laparo, rien, juste euthanasie... Heu mais bon, moi à l'écho... et si ce n'est pas ça  ? Les propriétaires ne veulent pas que je les réfère non plus pour une super échographie, chez un super véto qui fait ça (super) bien... Bon, j'euthanasie le chien, qui pendant ce temps là avait continué à gonfler un peu.Là, je pouvais ponctionner : je sors du sang en nature. Petite autopsie pour me rassurer : beaucoup de sang dans le ventre et... une rate éclatée. Un énorme hématome à une extrémité de la rate, qui avait littéralement éclaté. 
Dommage, peut-être qu'on aurait pu le sauver celui-ci...

Au passage, en deux jours, j'ai vu 2 vieux chiens avec une ascite (liquide abdominal du, ici, à une défaillance cardiaque) plus grosse qu'eux... elle devrait paraitre au journal officiel cette fameuse loi des séries.. :-p

Repost 0
Published by vetote - dans cas cliniques
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de vetote
  • : carnets d'une vétérinaire salariée en canine
  • Contact

Recherche